Twitter est cité à comparaitre dans l’affaire Wikileaks

Le gouvernement américain a demandé à Twitter de lui laisser un accès à la messagerie privé de Julian Assange et des autres membres de Wikileaks. Et selon toute vraisemblance il a aussi fait appel à d’autres services en ligne sur lequel Wikileaks est suspecté d’avoir échangé des renseignements ayant conduit à la diffusion des câbles diplomatiques.

D’après le New York Times, Twitter a été assigné par le gouvernement des Etats Unis pour mener à bien ses investigations. Ce cas a été prévu par la loi et Twitter qui tient un guide d’espionnage doit se plier aux exigences du gouvernement.

Il est écrit :

In accordance with our Privacy Policy and Terms of Service, non-public information about Twitter users is not released unless we have received a subpoena, court order or other legal process document.

Je traduis pour les non anglophones :

En conformité avec notre politique de confidentialité et nos conditions générales d’utilisation, les informations privées concernant les membres de Twitter ne seront pas divulgués, sauf si nous recevons une incitation à comparaitre, une ordonnance du tribunal ou tout autre documents d’ordres juridique.

Une ordonnance de la cours de justice a donc été envoyé à Twitter le 14 décembre 2010 affirmant que les informations présente sur le service de micro-blogging s’avérait importante et nécessaire pour l’enquête, ainsi le tribunal ordonna la mise à disposition des :

- logs de connexions et dossiers personnels
- numéros de téléphones
- informations de cartes de crédits
- e mails et adresses Ip

Les comptes mis en examen sont ceux de Julian Assange, WikiLeaks, Pfc. Bradley Manning et aussi de Birgitta Jonsdottir, Rop Gongrijp et du développeur Jacob Appelbaum.

L’affaire continue et les rebondissements risquent d’être nombreux et non des moindres.

Ajouter un commentaire

© Chronoduweb