Rapidshare n’a pas à filtrer son contenu

La plateforme de téléchargement Rapidshare vient de voir sa peine relaxer en Allemagne sur son procès avec la société de vidéo Capelight Pictures, et cela après une lourde sanction subie l’année dernière contre la GEMA (société de gestion des droits d’auteur bavaroise). Une victoire que savoure le site de partage de fichiers en ligne.

Il faut rappeler que Rapidshare héberge aussi des photos, des dossiers et des vidéos personnelle, gros problème pour les ayants droits car le site est une cible très prisé des hackers.

Le jugement rendu par la cours de justice Allemande considère que Rapidshare en vertu de son statut d’hébergeur ne peut être tenu responsable du contenu mis à disposition de ses utilisateurs. La cours est aller un peu plus loin dans le jugement en octroyant au site l’incompétence de moyen, filtrer des milliers de nouveaux fichiers manuellement chaque jour est impossible et mettre en place un filtrage par mots clés entrainerait un trop grand nombre d’erreurs.

Mais Rapidshare n’est libre de rien, car beaucoup de son intérêt vu par les internautes est basé sur de l’illégal, et ils sont quand même en devoir de filtrer certains contenus d’auteurs (musiques, livres).

D’autres poursuites ont récemment été engagé par l’industrie du disque et du cinéma, les aléas d’un site de téléchargement j’ai envie de dire.

Ajouter un commentaire

© Chronoduweb