IDéNum, un projet qui titube au lancement

Voilà comment boss les services de l’Etat français, toujours à la ramasse et incapable de monter un projet sans fausse note.

Le dernier en date IDéNum, un concept nouveau en France qui a pourtant tout pour plaire, si ce n’est l’incompétence de ceux qui l’on réalisé.

IDénum doit permettre aux citoyens de s’identifier non plus par un mot de passe, mais à l’aide d’une clé USB sur tout les services informatisés. Les cibles ? Tous les services en ligne sensibles, qu’ils soient publics ou privés : les administrations (impôts, allocations familiales, etc.), mais aussi La Poste, les banques, les assurances, les sites de vente en ligne ou encore les fournisseurs d’accès à Internet (FAI). Le but est de mettre fin au « cauchemar des mille et un mots de passe », selon Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’État à l’Économie numérique.

Ah oui je me souviens elle était à l’écologie avant…

Il faudra donc retenir un seul mot de passe qui est le code PIN à 4 chiffres de la clé USB. 4 chiffres ? Comme les petits cadenas à la salle de sport ? Ah oui ceux que j’ai ouvert mille et une fois pour m’amuser quand j’étais plus jeune… j’en entends déjà rire !

De plus il ne sera pas possible de l’utiliser hors France car le système de certificat ne sera pas accepté aux frontières.

Et la cerise sur le gâteau bien sûr, c’est que les noms de domaines relatifs à idenum ont tous déjà été enregistré par une tiers personne. Je ris, c’est tellement marrant. Euhm pardon !

Cela dit, la personne qui a enregistré idenum .fr .com .org .eu a reçu un petit courrier tout frais payé par le contribuable qui le somme de transférer leurs propriétés à l’Etat, faute de quoi il sera passible d’une amende de 300 000€ et 3ans de prisons selon l’investigation de pcinpact.

Bon Chronoduweb préfère arrêter son article à ce niveau, on ne va pas donner plus d’importance à ce bide financer avec nos impôts.

Ajouter un commentaire

© Chronoduweb